• Extrait 2 : la suite du début

     

     

    (Sa femme a senti sa surprise avant de se dégager de sa bouche, tout en lui présentant son plus beau et craquant sourire, accompagné de ses yeux allumés et allumeurs... )

     

    C'est la voix d'une enfant de quatorze ans qui les interrompt dans ce qui pourrait être un début d'ébats :

     - Maman, tu m'avais dit que tu viendrais me faire réciter mes maths !

     - Oui, ma Sissi chérie, plus tard, le repas est prêt dans cinq minutes. Et si tu en profitais pour mettre la table avec ton frère ?

     - Tu parles ! Il est encore branché sur ses jeux vidéo ! Je l'appelle depuis un moment et il ne veut même pas me répondre. Je me demande quelle grave bêtise j'ai bien pu faire pour que vous m'ayez fait ce cadeau.

    Jérôme et Karine sourient gentiment à la plaisanterie de leur fille aux longs cheveux blondissant, portrait craché de sa mère, y compris les mêmes grands yeux verts dont elle use avec autant de malice qu'elle. Il est un fait que, si Cyprine et son cadet de quatre ans sont souvent en train de se taquiner, voire parfois se disputer, il n'empêche qu'ils sont du genre complice. Une complicité souvent fatigante pour leurs parents, mais qui les rassure.

     Alors que Karine retourne dans la partie culinaire de la grande pièce, la bientôt jeune fille court chercher l'éponge et le torchon, pendant que Jérôme en profite pour s'éclipser discrètement prendre sa douche, mais seulement après avoir salué son fils dans sa chambre. Celui-ci semble en pleine séance d'hypnose devant l'écran de son portable, et c'est mécaniquement qu'il répond au baiser que son père dépose sur sa joue. Et à peine s'il opine du chef lorsque son paternel l'informe qu'on passe à table dans un petit quart d'heure. Cyprine a raison, pense Jérôme, ce gamin commence à passer trop de temps avec son micro. Il en touchera deux mots à son épouse, après le repas.

     L'eau à peine tiède coule comme un baume régénérant sur la peau mate et encore musclée du sportif amateur de vélo, qui approche de la cinquantaine. Il réalise que Karine n'a pas tout à fait tort, malgré ses dénégations de mâle qui refuse de voir tout ce qui le touche et se rapporte à la vieillesse, lorsqu'elle évoque plus ou moins directement l'évolution de son ventre. L'espace d'un instant, et surtout pour se donner bonne conscience, Jérôme se dit qu'il ira faire un tour à vélo, après le repas, quitte à reprendre une douche après. De toute façon, avec cette chaleur de moins en moins tempérée par le fond de souffle éolien venant de l'océan proche, ils ne les comptent plus, ces douches qu'ils sont obligés de prendre pour supporter cette chaleur de plus en plus étouffante, qui rend les vêtements, surtout ceux qu'il met pour aller à son travail, de plus en plus difficiles à supporter. La pensée de Karine nue sous sa robe d'été provoque instantanément chez lui un début d'érection. Jérôme sourit, et surtout repousse bien loin de son esprit l'idée d'aller faire un tour à bicyclette après le dîner. S'il doit chevaucher une petite reine, autant que ce soit celle qui l'enverra au septième ciel.

     Lorsqu'il sort de la salle de bain, Jérôme remarque aussitôt l'air contrarié de Jean-Lol, attablé entre sa sœur et sa mère. La tête prise entre ses mains, le garçonnet se cache derrière sa tignasse aussi brune que celle de son père, sauf que la sienne est dépourvue du moindre cheveu blanc. Un échange de regards avec Karine confirme l'impression de Jérôme, à savoir que sa femme a formulé une remarque à son fils, rapport à l'usage abusif de ses écrans divers et variés, ce qui a provoqué la bouderie du drôle, terme à consonance affectueuse, utilisé dans la région en parlant d'un gamin.

     (à suivre... ) 


  • Commentaires

    2
    nadege
    Lundi 19 Juin à 07:00

    Le début ...

    La suite du début...

    Et pourquoi pas le début de la fin aussi !!! Tu ne vas quand même pas feuilletoniser ton livre avant d'avoir vendu les 3000 exemplaires imprimés !winktongue

    Et pour ceux et celles qui veulent connaître la suite, ce n'est pas l'amer à boire que de te passer une petite commande biggrin ... Juste pour le plaisir d'avoir LE livre entre les mains, de le feuilleter, le savourer, relire le précédent chapitre ??? va savoir !sarcastic,  s'attarder sur les magnifiques photos aussi, histoire de reprendre son souffle oh ; chacun à son rythme... .Bref le bonheur du VRAI livre car rien ne vaut la version "papier"yes

    ... Et aussi (et surtout), pour avoir le plaisir de donner un coup de pouce à un jeune auteur ... qui le mérite bien !cool

    Au plaisir de te lire ... mais pas en ligne wink2

      • Mardi 20 Juin à 08:36

        Merci Nadège !

        Pour ta sympathique et incitatrice participation (une de plus ! )

        Tu as raison, il ne faut pas tout dévoiler, car les surprises que contient ce livre, qu'il s'agisse du style d'écriture, ou des styles plutôt, du déroulement de l'histoire, des personnages et leur évolution, du suspense... appartiennent désormais au lecteur,  mais j'en ai déjà trop dit ! tongue

        En tout cas, le jeune auteur ( ! ) te remercie pour ta contribution ; je relèverai juste une seconde légère exagération sur le nombre d'exemplaires...

        Pour résumer , j''emprunte la conclusion à un certain François Truffaut qui, à la fin de son magnifique film sur le cinéma qu'est " La nuit américaine " , fait dire à un de ses personnages qui s'adresse à un reporter :

        " Nous espérons que vous prendrez autant de plaisir à voir ce film que nous à l'avoir fait... " ce qui me permet au passage de remercier l'équipe qui m'a entouré, en particulier pour cet exercice ô combien long et usant, mais cependant passionnant, qu'est la relecture. Connaissant leur modestie, je me contente de ne citer ces personnes qui me sont chères qu'à la fin de mon livre... ;)

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :